Discover

Khiva est une ville d’une grande élégance et d’une beauté légendaire. Les habitations traditionnelles en terre cuite se regroupent sous des dômes de tuiles bleues scintillantes. Au coucher du soleil, les bâtiments se parent d’une couleur ambrée, nous transportant ainsi dans un conte des Mille et Une Nuits. En plein cœur de l’Asie Centrale, cette ville magnifique est souvent décrite comme un musée à ciel ouvert grâce aux nombreux et impressionnants monuments architecturaux enfermés dans ses anciens remparts.

L'histoire

Khiva était autrefois la capitale de son propre khanat, indépendant. Mais, tout comme d’autres colonies sur la légendaire Route de la Soie, ses racines s’étendent beaucoup plus loin, probablement jusqu’au 6ème siècle avant notre ère. Les premières traces écrites de la ville remontent au 10ème siècle, grâce à deux voyageurs arabes, bien que la légende raconte que Khiva fut fondée par le fils de Noé, Shem, qui y avait creusé un puit qui est encore aujourd’hui visible dans le centre de la vieille ville.

Khiva s’est développée en tant que centre d’apprentissage, de religion et de commerce. L’astronome, historien et polymathe renommé Al-Biruni (973-1050 de notre ère), étant l’un des célèbres érudits natifs de cette ville.

Dirigée par de puissants Empires qui s’étendaient sur de larges pans de l’Asie Centrale, cette ville du désert façonnée par ses envahisseurs, successifs dont Alexandre le Grand et Gengis Khan, finit par devenir Khiva, la capitale d’un khanat indépendant. La nouvelle capitale prospéra bientôt sous le patronage royal et la plupart des merveilleux monuments que nous pouvons encore admirer aujourd’hui datent de 1780-1850, lorsque la ville prospéra en tant que centre commercial et forteresse, le long des routes caravanières qui traversent le désert de Karakum. Grâce à ses murailles fortifiées, Khiva a réussi à repousser deux fois les forces russes, mais a finalement été annexée. Le dernier khan fut renversé en 1920 et la ville perdit peu à peu son importance politique, mais pas sa grandeur historique. En 1990, l’UNESCO a inscrit  Itchan-Kala au Patrimoine Mondial. Aujourd’hui, cet ancien joyau de l’Orient vit et respire encore et les métiers traditionnels tels que la fabrication de tapis, la broderie et la sculpture sur bois se développent de nouveau.

Itchan-Kala

Le légendaire Itchan-Kala est véritablement une merveille, restée intacte aujourd’hui. Protégé par des murs de boue de 10 m de haut et des tours de guet lisses et semi-circulaires, des parapets décoratifs et quatre portes redoutables, le centre historique comprend plus de 50 monuments et 250 maisons traditionnelles. L’un des monuments les plus remarquables est la citadelle de l’Arche Kunya, complexe fortifié de cours et d’édifices royaux communicants. Commencée en 1686, la construction s’est poursuivie jusqu’au XXe siècle et, bien que de nombreuses structures originales n’aient été conservées, les visiteurs peuvent encore s’émerveiller devant les élégants parquets dotés de superbes carreaux bleus et blancs. Les artisans de Khiva sont réputés pour l’élégance et la beauté de leur travail. Ces majoliques sont de véritables œuvres d’art.

La Mosquée Juma

La mosquée Juma est remarquable, un exemple rare de mosquée composée d’une seule salle avec une atmosphère spirituelle envoutante et de magnifiques piliers en bois sculptés. La structure que nous voyons aujourd’hui a été construite à la fin du XVIIIe siècle sur le site d’une ancienne mosquée, et le nouveau bâtiment reflète le style de l’original. Simple grande chambre sans portails ni coupoles, la salle de prière est éclairée par des ouvertures zénithales soutenue par une forêt de 212 piliers en bois sculptés. La conception complexe de ces piliers raconte l’histoire du lieu : les inscriptions en kufi datant des 10ème et 11ème siècles laissent place à des conceptions plus plates, avec des motifs plus petits, typiques des 11ème et 12ème siècles. Les sculptures plus récentes montrent une ornementation géométrique et végétale combinée avec une calligraphie arabe du 15ème siècle. Mais la majorité de ces piliers impressionnants a été érigée au 18ème siècle lorsque la mosquée a été agrandie.

Des motifs traditionnels d’Asie Centrale ornent également les murs. Des arbres stylisés, des arbustes et des iris évoluent parmi les peintures murales de la salle de prière céleste, mystérieusement illuminée par la lumière zénithale. 

Minaret Kalta Minor

Le monument le plus emblématique de Khiva est cette étonnante tour tronquée qui s’élève à 30 m du centre de la vieille ville, étincelante grâce à ces cercles concentriques de tuiles turquoise, bleues et azurées. Le minaret a été commandité par Muhammed Amin Khan en 1852 qui souhaitait que son minaret soit le plus haut du pays, symbole visible de son pouvoir. Cependant, le destin en a décidé autrement car le Khan fut tué au combat quatre ans plus tard. Le minaret ne fut donc jamais achevé. Néanmoins, les artisans locaux de Khivan ont exercé leur talent pour réaliser un ensemble de céramique murale unique composé d’une bande avec des lettres arables ornées, contrastant sur un fond bleu nuit près du sommet de la tour inachevée, faisant de Kalta Minor un magnifique hommage à la grande histoire de ce Khanate disparu, autrefois si renommé.

Muhammed Amin Khan Madrasah

Un autre édifice tout aussi impressionnant fut commandité par ce même Khan et, cette fois, mené à terme : la madrasa qui porte son nom. Il s’agit de la plus grande madrasa de Khiva mais également d’Asie Centrale, et tout élément qui la compose a été réalisé à grande échelle. Avec 5 coupoles et 125 cellules ajourées, ce collège pouvait accueillir jusqu’à 260 étudiants. Les cellules du rez-de-chaussée sont réparties sur 2 étages, tandis que celles du deuxième étage présentent une belle innovation : les petits balcons. L’attention portée aux détails est à couper le souffle, de la complexité des treillis des fenêtres aux carreaux composant les niches et des façades. Les portes en bois, quant à elles, ont été sculptées par les artisans les plus qualifiés. Cet édifice représente l’une des merveilles à découvrir.

Mausolée Mahmoud Pahlavan

Cette structure remarquable est inhabituelle car, contrairement à de nombreux monuments d’Asie Centrale, elle n’a pas été construite pour un khan ou un grand guerrier, mais pour un héros folklorique. Mahmoud était un poète, un philosophe et un lutteur particulièrement réputé de Khiva. Spécialisé dans la fourrure et soufi pieux, il fut enterré vers 1322 près de son atelier. Cependant, sa renommée s’étant répandue, il est devenu peu à peu le Saint Patron de la ville. En 1701, un mausolée fut construit sur sa tombe. Le mausolée est rapidement devenu un sanctuaire et d’autres structures ont également été aménagées autour, décorées de splendides majoliques bleues et blanches. À la fin du XIXe siècle, le complexe comprenait une mosquée, une madrasa, quatre hospices pour aveugles (la cécité était un risque courant, la région étant réputée pour ses tempêtes de sable), ainsi qu’une maison d’hôtes pour les pèlerins, le Hodjra. Des khans ont également été enterrés ici, ce qui en fait un mausolée royal du Khiva Khanat.

Aujourd’hui, le mausolée Pahlavan Mahmoud, avec son magnifique dôme turquoise orné d’une coupole dorée et d’un motif de mosaïques de diamants audacieux, est, à juste titre, considéré comme le bâtiment le plus impressionnant de la Kala d’Itchan. Des portails bleus exquis avec de charmants motifs floraux et des niches soignées contrastent avec la maçonnerie ornée de briques. À l’intérieur, il est impossible de ne pas s’émerveiller devant les spectaculaires carreaux bleus et blancs, ainsi que devant le talent et l’imagination d’artisans locaux qui étaient particulièrement inspirés pour créer ces motifs élaborés, jamais répétés. 

Le mausolée lui-même est flanqué de dômes en brique nichés autour du sanctuaire principal, comme pour chercher la protection de ce héros légendaire.