Discover

L’art était considéré comme « l’âme de la nation » et, dans l’art ouzbek, nous pouvons voir cet esprit coloré, pensif et interrogateur devenir de plus en plus présent au fil des époques. En mélangeant avec sensibilité l’ancien et le moderne, en vénérant le passé et en embrassant l’avenir, les peintres ont réussi à créer une école unique et fascinante.

Pourtant, on pourrait dire que l’on peint en Ouzbékistan, depuis l’Âge de Pierre ! Les gravures rupestres de l’oasis de Tachkent, de la vallée de Ferghana et de l’ouest du Tien-Shan montrent des animaux et de simples scènes de chasse, un signe évident que même à cette époque, les artistes locaux s’inspiraient du monde qui les entoure et cherchaient à créer des œuvres tout en beauté.

Les terres que nous appelons maintenant l’Ouzbékistan ont toujours été un merveilleux melting-pot où l’Est et l’Ouest se sont rencontrés dans une profusion culturelle. Même avant l’agitation animée de la Route de la Soie, les artisans partageaient des idées et des techniques : l’influence gréco-bactrienne et helléno-romaine sur l’art bouddhiste très ancien du sud de l’Ouzbékistan, par exemple, avec ses lignes claires et nobles, ou ses motifs de soleil et de lune du zoroastrisme.

L’arrivée de l’islam au 8ème siècle a apporté une nouvelle vague d’inspiration. Nous voyons maintenant les maîtres ouzbeks développer des motifs géométriques fabuleusement complexes entrelacés de vrilles, de fleurs et de fruits.

Les peintures murales, les fresques et les panneaux décorant les palais et les citadelles de centres historiques du haut Moyen Âge, tels que l’énigmatique Afrasiab, constituent un véritable trésor national.

Solennels et raffinés, reflétant de manière vibrante la vie qui les entoure, ce sont les véritables œuvres d’Asie centrale. Plus tard, les œuvres commandées par le grand souverain Timur pour les panneaux de son somptueux palais, à savoir de nombreux portraits, paysages et scènes de la vie quotidienne, devinrent également une source précieuse pour les historiens.

Les magnifiques mosquées, palais et mausolées qui se dressent dans des centres florissants tels que Samarkand et Boukhara sont illuminés par des mosaïques colorées, chacune minutieusement exécutée par des maîtres artisans talentueux, un spectacle véritablement majestueux.

Contrairement à ces expositions impressionnantes, nous assistons au développement de superbes peintures miniatures.

Les détails de ces minuscules images sont à couper le souffle, et les artistes pouvaient passer des mois sur une seule petite image peinte avec des couleurs vives, et des coups de pinceau fins et fluides. Les scènes de poésie médiévale, écrites par de grands penseurs éclairés, sont une source d’inspiration permanente. Ces illuminations miniatures ornaient les feuilles de manuscrits médiévaux.

L’un des artistes miniaturistes les plus célèbres, mais aussi l’un des plus mystérieux de cette région, Kamal ud-din Behzad (1450-1535), est un personnage semi-légendaire qui a dirigé les ateliers royaux d’Hérat et de Tabriz à la fin de la période timuride.

Réputé pour son habileté à capturer gracieusement les nuances de l’homme, Behzad a produit une multitude de pièces exquises, dont la plus connue est « La séduction de Yusuf et Zuleykha », actuellement conservée à la Bibliothèque nationale des archives au Caire en Égypte.

Réalisée en 1488 et mesurant à peine 30 cm sur 21 cm, il s’agit d’une représentation étonnamment ornée, de la célèbre histoire selon laquelle Joseph échappait à la femme de Potiphar.

Utilisant des couleurs vives et contrastées, alternant perspectives et formes géométriques audacieuses, Behzad guide le spectateur de pièce en pièce lorsque Joseph (Yusef) échappe à sa poursuivante (Zuleykha).

Des œuvres postérieures montrent clairement l’influence de l’Ouzbékistan dans le détail des costumes et des décors, et même dans l’énigmatique Behzad – contemporain du grand poète mystique Alisher Navoi – figure en bonne place dans de nombreux romans historiques ouzbeks.

Le grand art est toujours à la recherche de nouvelles idées, de nouvelles façons d’interpréter et de représenter le monde qui nous entoure. La rencontre d’artistes d’Europe et d’Asie centrale a donc donné d’excellents résultats. Les traditions artistiques européennes sont arrivées en Asie centrale à la fin du 19e siècle, lorsque la Russie tsariste a lancé des expéditions pour étudier la culture et la vie du Turkestan voisin.

Le premier artiste russe à avoir apporté la profondeur et l’exotisme de notre région au monde était Vasily Vereshchagin. Il est intéressant de noter que les artistes russes ont initié leurs homologues ouzbeks à la peinture sur chevalet – inconnue dans la région – et qu’une période de créativité intense a commencé.

En quelques décennies à peine (1910-1940), le cubisme, l’expressionisme, le chagallisme, le futurisme et l’impressionnisme, y ont tous trouvé un terrain fertile, et une forme d’avant-gardisme propre à l’Asie centrale a émergé, tandis que les artistes locaux ajoutaient la saveur vivante de la culture et de la discipline médiévales à l’Art décoratif.

Des coutumes uniques préservant le mode de vie séculaire, les paysages et la nature, des personnages semblables aux prophètes bibliques, un art populaire aux multiples couches de signification et de symboles sont devenus la source du nouveau langage artistique des Ouzbeks et des Russes qui s’y sont installés.

Ainsi, l’héritage classique de l’Occident, les traditions de l’iconographie russe et l’expérimentalisme de l’avant-gardisme russe se sont unis à l’ornement décoratif de l’art de l’Asie centrale, et ont donné lieu à une vision artistique unique du monde.

Certains peintres ont embrassé le prisme abstrait du cubisme, comme Alexander Volkov, dont le Garnet Red Teahouse par exemple, est le symbole non officiel de l’avant-gardisme du Turkestan, tandis que d’autres se sont inspirés de la nature et des paysages environnants.

Nikolai Karakhan est un exemple exceptionnel, avec sa tradition naïve, ou Victor Ufimtsev avec son merveilleux sens de la perspective.

Ural Tansykbaev, l’un des plus grands artistes de cette époque productive, est le célèbre coloriste ouzbek qui a rempli ses toiles d’images denses et lumineuses de la campagne ouzbek.

De nombreux artistes nés en Russie ont été attirés par le monde exotique vibrant de l’art ouzbek. Nadezhda Kashina, par exemple, a déménagé de Moscou à Samarkand où elle a peint des scènes touchantes empreintes d’impressionnisme et de primitivisme.

Oganez Tatevosyan a également trouvé l’inspiration dans Samarkand, reproduisant la vie ouzbèke telle qu’il la voyait bazars bruyants remplis de melons, vie démesurée de villages réchauffés par le soleil du printemps et, bien sûr, repos à l’ombre d’un arbre.

Pavel Benkov est une autre star de cette époque. Il s’est d’abord rendu en Ouzbékistan pour le travail mais a été tellement fasciné par le pays qu’il ne pouvait tout simplement pas partir.

Il est devenu l’un de nos impressionnistes les plus connus, mais était également un maître des portraits et des paysages. Son élève, Zinaida Kovalevskaya, a suivi ses traces et a ensuite créé toute une série d’images dans un genre similaire.

Usto-Mumin (Alexander Nikolayev) est un autre artiste tombé amoureux de l’Asie centrale. Inspiré par le paysage mais aussi par le mode de vie, en particulier par l’artisanat florissant, Usto-Mumin a peint des compositions de genre, des paysages et des portraits. Comme beaucoup d’artistes contemporains, il a étudié le travail de miniaturistes médiévaux et a habilement allié les traditions de l’avant-gardisme occidentale européenne avec le miniaturisme oriental.

Ainsi, l’Ouzbékistan a nourri pendant quelques décennies un centre international avant-garde. La situation a radicalement changé en 1934. À l’époque du réalisme socialiste, l’art était sévèrement censuré et soumis à des règles strictes en matière de contenu et de style.

Le mouvement avant-gardiste a été accusé de « formalisme » et de nombreux artistes ouzbeks ont été la cible de critiques acerbes.

D’autres ont adapté leur travail pour répondre aux exigences du moment en produisant des portraits à la manière des « travailleurs exemplaires », ou des scènes de joyeux cueilleurs de coton peinant sur le terrain.

Néanmoins, les maîtres du début du XXe siècle ont inspiré et entraîné une nouvelle génération d’artistes, et l’école ouzbek est née.

Abdulhaq Abdullayev a été l’un des premiers chefs de file à émerger. Fasciné par la nature humaine et considérant chaque personne comme absolument unique, Abdullayev a porté le réalisme socialiste à un tout autre niveau dans ses portraits captivants. Son contemporain, Rakhim Akhmedov, a exploré un thème différent, en s’inspirant de son pays natal, l’Ouzbékistan – le chaud soleil, les rivières rapides et les jardins généreux.

Chingiz Akhmarov, quant à lui, s’est appuyé sur les racines anciennes de l’Ouzbékistan en tant que source d’inspiration. Ses paysages nous rappellent les miniatures orientales accompagnant les vers lyriques du grand Alisher Navoi.

Akhmarov est également célèbre pour ses immenses fresques, dont beaucoup peuvent encore être vues dans des bâtiments publics ou même dans le métro. Même là, ses portraits sensibles capturent l’attrait timide mais enchanteur des beautés orientales et la fierté audacieuse de ses braves héros. L’épouse d’Akhmarov, Shamsroi Khasanova, a été la première femme artiste reconnue d’Ouzbékistan. Ses œuvres explorent la liberté spirituelle des femmes d’Asie centrale. Elle cherchait à capturer l’essence de femmes de premier plan, se tournant vers sa propre expérience et son empathie pour ces portraits sensibles.

Les années 1970 ont amené une nouvelle vague de développement créatif en Ouzbékistan. De nombreux artistes ouzbeks se sont opposés à l’idéologie officielle et ont utilisé l’art pour contester les élites dirigeantes, poursuivant obstinément leur propre chemin à travers leur expression artistique.

Des artistes tels que Shukhrat Adurashidov, Maskhud Tukhtaev, Shukhrat Timurov, Khaidar Sanaev et bien d’autres ont incité la génération suivante à poursuivre sa propre quête artistique. Des artistes tels que Orifjon Muinov ont développé la tradition avant-gardiste, en utilisant une sorte de codes ou de symboles pour communiquer avec leur public.

L’effondrement de l’Union soviétique et la nouvelle indépendance de l’Ouzbékistan ont eu un effet dramatique sur le monde de l’art, et de nouveaux horizons se sont ouverts.

Avec un fort sens de l’identité et un fier patrimoine culturel, les artistes ouzbeks sont entrés dans l’arène mondiale et ont rapidement assimilé de nouvelles techniques.

Avec la fondation de l’Académie des Arts d’Ouzbékistan (1997), les beaux-arts ne sont plus perçus comme une forme d’artisanat mais revêtent un rôle plus philosophique, un moyen d’interpréter et d’exprimer le monde qui nous entoure.

C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles l’art moderne ouzbek n’adhère pas à une école en particulier, chaque artiste suit son propre cheminement, en utilisant les techniques et les thèmes les mieux adaptés à sa propre expression et à sa propre vision du monde.

Path Created with Sketch. Path Created with Sketch.

Cette diversité est l’une des caractéristiques les plus intéressantes de l’art moderne ouzbek. Des artistes tels que Javlon Umarbekov, Bakhodir Jalal, Fayzulla Akhmadaliev, Alisher Mirzaev, Lekim Ibragimov, Jamal Usmanov, Vyacheslav Useinov, Akmal Nur, Murad Karabaev, Erkin Juraev, Maxim Vardanyan, Khurshid Ziyakhanov, Nodir Imamov, Tahir Karimov, Bobur Ismailov, Rustam Bazarov, Ibragim Valikhojaev, Sanjar Jabbarov and Jamshid Adylov, cherchent tous à explorer, comprendre et représenter le monde qui les entoure, mais chacun a sa propre approche, bien distincte.

Bakhodir Jalal, par exemple, aspire à la conscience de soi, à la compréhension de l’harmonie entre l’homme et l’univers. Ses toiles se déroulent comme une histoire fantastique révélant la place de l’homme dans ce vaste cosmos en mouvement.

Les œuvres de Bobur Ismailov racontent aussi une histoire, mais ses peintures ont une impression théâtrale, comme si ses personnages étaient des acteurs sur la scène de la vie.

Javlon Umarbekov adopte une approche plus poétique et ses toiles émouvantes expriment son amour indéniable pour la beauté de son pays natal.

L’amour est un thème repris aussi par Akmal Nur. Couleur pure et tendresse remplissent chaque coup de pinceau de ses peintures lumineuses.

Les deux dernières décennies ont été marquées par une grande créativité en Ouzbékistan. La première biennale internationale d’art moderne a eu lieu en 2001 et depuis, a joué un rôle primordial dans la revitalisation de la scène artistique.

Elle a attiré dans notre pays des œuvres d’art de renommée mondiale et exposé nos artistes à des amateurs d’art internationaux. En plus de présenter des œuvres modernes, de nouvelles galeries d’art proposent des expositions qui rendent hommage aux grands maîtres du passé, ceux qui ont inspiré les artistes d’aujourd’hui.

Profondément enracinés dans leur héritage séculaire et avec les motifs symboliques de l’art populaire qui coulent dans leurs veines, les artistes ouzbeks sont sur le point de créer de nombreuses autres grandes œuvres.

Path Created with Sketch. Path Created with Sketch.