Discover

Les forgerons et leur travail complexe constituent depuis longtemps une partie importante de la vie quotidienne en Ouzbékistan. Traditionnellement, la technique la plus courante consistait à ciseler ou gaufrer le cuivre. Il s’agit d’une méthode extrêmement complexe qui prend du temps, mais le résultat est magnifique : une pièce lisse qui capte la lumière lorsque vous la tournez dans votre main, et qui permet de voir le design prendre vie.

Développement précoce

Les principales écoles de métallurgie ont émergé ici sous la domination mongole, lorsque le ciselage du cuivre a pris sa place aux côtés d’autres métiers urbains. Boukhara, Khiva, Kokand, Samarkand, Karshi, Shahrisabz et Tachkent se sont rapidement imposées comme des centres de premier plan.

Les forgerons ont perfectionné leurs compétences en les transmettant de génération en génération. Au début du XIXe siècle, les artisans produisaient des pièces bien proportionnées, caractérisées par la fluidité et l’expressivité de leurs formes et de leurs motifs.

Les objets en cuivre ciselés n’étaient plus considérés comme de simples ustensiles, mais plutôt comme des symboles de statut, affichés fièrement par chaque maison.

 

Technique

Plusieurs maîtres expérimentés mettaient leurs compétences en commun pour créer chaque pièce de cuivre. D’abord, le chaudronnier, connu sous le nom de Misgar, fabriquait le métal à partir de cuivre rouge ou jaune.

Ensuite, l’artisan chargé de faire fondre le métal, ou Rikhtagar, versait le cuivre en fusion dans des moules pour former différentes formes de serrures, de goulottes, de charnières, etc. Enfin, le graveur, appelé Nakkoshzarbi, décorait la pièce, la gravant en relief avec un motif complexe.

Chaque maître apportait son talent unique au métier : des chaudronniers produisait un métal lisse et parfaitement proportionné, après avoir soigneusement tourné la pièce et l’ayant considérée sous tous les angles, la décoraient ensuite avec des motifs d’ornements.

Diverses techniques ont été développées, notamment la gravure, la gravure ajourée, le martelage de timbres connu sous le nom de Chekma, l’utilisation de treillage connu sous le nom de katak et le travail de marbrures connu sous le nom de Kesma. Ils ont également utilisé des méthodes telles que la sculpture profonde (Kandakori), la sculpture superficielle (Chizma), la découpe (Shabaka) et l’incrustation (bien que rare) de pierres et de fils.

Les motifs les plus populaires dans le travail du métal Ouzbek sont des motifs végétaux, géométriques et zoomorphes, mais les motifs astraux, la calligraphie et les images d’objets du quotidien sont également importants.

Les motifs végétaux occupent cependant une place de choix. Les fleurs, les feuilles et les tiges qui s’enroulent, se tissent de part en part, remplissant les contours et le centre des compositions avec des ornements complexes. Les motifs floraux sont assez réalistes, certaines plantes et fleurs sont facilement reconnaissables, telles que les amandes, les tulipes, les poivrons et les arbustes. Les motifs géométriques reflètent souvent des structures architecturales telles que des arches, tandis que les motifs zoomorphes (les yeux d’un rossignol, une corne de bélier, des écailles de poisson ou des papillons, par exemple) restent généralement réservés au décor des bordures. Parfois, la technique dicte la conception, et parfois, la conception dicte la technique.

Variations régionales

Ferghana

Les ouvrages en métal de la région de Ferghana méritent une mention spéciale car c’est ici que la célèbre école de Kokand a créé ses beaux motifs floraux. Le motif est si complexe, qu’il est tout simplement impossible de graver les motifs en profondeur, ce qui signifie que vous pouvez facilement reconnaître le travail des maîtres Kokand, car il est extrêmement détaillé et en surface. En effet, les artisans ont développé une technique spéciale de gravure sur métal connue sous le nom de Pardoz, et les maîtres Kokand furent les premiers à introduire de nouveaux thèmes et motifs dans leurs conceptions : personnages, bêtes mythiques et palais.

 

Tachkent

Les motifs de plantes utilisés ici ont tendance à être moins raffinés, mettant en vedette des éléments plus audacieux, sans encombrement pour les petits détails. Les artisans de Tachkent s’inspiraient souvent d’articles de tous les jours, de sorte que les motifs sur des éventails, des berceaux et des tambourins sont courants.

 

Boukhara

La sculpture sur métal de Boukhara est connue pour sa simplicité traditionnelle et son design rigoureux. Les maîtres locaux ont appliqué la technique du gaufrage profond tandis que l’arrière-plan était ombré à l’aide de hachures. Les motifs décoratifs étaient plus grands que ceux de Kokand et plus élégants que ceux de Tachkent. La calligraphie apparaît aux côtés de dessins floraux et les artisans locaux ont ensuite introduit des images de personnages de contes populaires bien connus.

Path Created with Sketch. Path Created with Sketch.

Utilisation de la couleur

Les métallurgistes de Karshi et de Shahrisabz se sont éloignés de la gravure et ont orné leurs pièces de médaillons attractifs décorés de turquoise et de verre. Les motifs floraux traditionnels sont très simples mais l’utilisation abondante de couleurs rend le travail du métal de Karshi tout à fait remarquable.

Les artisans de l’école de Khiva étaient aussi friands de couleurs. Ici, les riches décorations florales ainsi que les médaillons et les treillis créent des configurations complexes contrastant avec les vernis noirs et rouges. Les sculptures lisses et profondes caractérisent les pièces de Khiva.

Aujourd'hui

L’art du travail des métaux est à nouveau florissant en Ouzbékistan. Le ciseau et le marteau clignotent une fois de plus dans des villes telles que Shahrisabz, Kokand, Ferghana, Tachkent, Boukhara et Khiva, et le système d’apprentissage, ancien de plusieurs siècles et maintenant rétabli, assure la transmission de ces précieuses compétences de génération en génération.