Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, first array member is not a valid class name or object in /home/maisonh/www/wp-includes/class-wp-hook.php on line 303

Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, first array member is not a valid class name or object in /home/maisonh/www/wp-includes/class-wp-hook.php on line 303
Date
27 août 2019

Artiste et philosophe de renom

Diplômé de l’Institut des arts de Tachkent, Bobur Ismailov a décollé comme une étoile filante
et s’est déjà imposé comme l’un des artistes les plus originaux d’Ouzbékistan au cours des
dernières décennies.
Peintre et philosophe, illustrateur et artiste de théâtre, enseignant et auteur de nombreux
projets artistiques à succès, Ismailov crée des œuvres qui résonnent avec la psyché humaine,
un conglomérat de beauté, d’amour, de chagrin, de rêves, d’histoires et de rires, un lieu où la
modernité se chevauche avec des symboles archétypaux.

Fils d’un réalisateur Ismailov, il a grandi dans un environnement créatif. Après avoir obtenu
son diplôme du Collège d’État des beaux-arts de Benkov, à Tachkent, il a ensuite étudié à
l’Institut d’État des beaux-arts de Tachkent, et a rapidement rejoint l’Union créative des
artistes ouzbeks.
Débordant d’abord du monde de l’art avec ses toiles colorées pleines d’atmosphère, de
carnaval, une profusion de détails et de formes géométriques distinctes, le jeune artiste était
déjà sur le chemin d’une évolution constante. Son travail est très varié, dépassant les limites
du genre – théâtre, cinéma, peinture, design, graphisme, art vidéo – et bien qu’il soit prolifique,
ses œuvres ont une qualité de réflexion sans faille, une qualité irréprochable et une
composition impeccable.
Selon les mots de Lola Karimova-Tillyaeva, amie de longue date et fondatrice de la Fondation
Karimov, « ses œuvres touchent les profondeurs impénétrables de la psyché humaine, en
présentant un mélange de finesse où la culture ancienne se mêle à la modernité. Une fois vues,
les œuvres de Bobur restent avec nous pour toujours, ils laissent une impression indélébile et
nous fournissent des images et des histoires à méditer pendant longtemps. »

 

 

Premières oeuvres

Contrairement à de nombreux artistes d’Asie centrale, Ismailov ne s’inspire pas de la poésie
classique orientale pour ses premières œuvres, mais de scènes, de livres et de films de son
enfance. Ismailov s’inspire également de son expérience du théâtre pour créer un monde
théâtralisé dans une atmosphère de carnaval.
Ses toiles de bricolage sont remplies d’un tumulte de formes, de formes et de couleurs, et
notre regard se promène librement d’une image à l’autre, comme au théâtre, l’histoire se
déroule…
On parle parfois de ses pièces de carnaval, mais c’est peut-être là que l’influence du théâtre se
fait le plus sentir – Les scènes d’Ismailov semblent être suspendues dans l’espace, tandis que
les masques, les images et les costumes théâtraux abondent, reflétant l’opposition de cet
artiste moderne à une éternelle contradiction : la tristesse secrète du clown dissimulé derrière
les strass du show-bizness.
Ces peintures populaires ont une ironie pointue mais poignante et un aspect fantaisiste
inhabituel dans les œuvres postmodernistes. Elles offrent un espace restreint et confiné entre
le mythe et la réalité et nos attentions elles glissent sur les limites de cette vie, entre la
modernité et l’histoire ancienne.

 

 

Ses premiers héros

La découverte de techniques empruntées au théâtre – éclairage, décors de théâtre, symboles,
masques – a permis à Ismailov de développer en permanence son potentiel d’artiste.

Un contraste marqué avec les toiles de bricolage bondées, la simplicité évocatrice de ses
compositions laconiques fournit la toile de fond ou le décor de son héros récurrent. Souvent
perdu dans ses pensées derrière une fenêtre, seul, dans les ténèbres, ou à flot dans cet univers
étrange que nous appelons réalité.
Pourtant, ses peintures sont loin d’être morbides. Ses héros sont plutôt représentés dans une
concentration profonde, presque contemplatifs dans leur altérité, rappelant les profils sur les
fresques.

 

 

Utilisation de la couleur

Ismailov tire également parti du potentiel métaphysique de la couleur dans sa quête.
Les rouges et les violets dominent dans ses premières œuvres, ainsi que l’énergie cachée de
l’ocre. Grâce à son pouvoir magnétisant, le rouge est la toile de fond parfaite pour ses formes
frappantes et élégantes et ses lignes claires, tandis que le violet de carnaval, contraste, attire et
repousse, caractéristique d’Ismailov.

 

 

Mais comme nous l’avons vu, Ismailov repousse toujours les limites, explorant de nouvelles
techniques ainsi que son propre potentiel artistique. Les riches couleurs de ses travaux
précédents cèdent la place à des toiles simples, presque monotones, aux subtiles nuances de
couleurs.
Cela ressort dans son exposition solo Mots (Paris, 2013) où l’on voit un aspect plus abstrait de
son travail. Le silence, la clarté et la pureté de l’arrière-plan, combinés à des détails décoratifs
et au sens impeccable de la composition d’Ismailov, soulèvent de nouvelles questions sur le
rôle de la couleur, de la forme et de l’espace, établissant clairement Ismailov en tant qu’artiste
qui refuse d’être conditionné par de soi-disant vérités éternelles. Au lieu de cela, il cherche
constamment à évoluer.

Comme l’explique Victoria Erofeeva, historienne de l’art : « En renonçant aux couleurs vives,
aux traits illustratifs et aux images de carnaval, Bobur Ismailov reste seul avec les images
évoquées par son imagination, projetées sur des toiles noires non recouvertes de couleur. »

 

Oeuvres récentes

C’est le cas des dernières œuvres d’Ismailov, où il expérimente la technique minimaliste en
noir et blanc. Alors que ses compositions blanches ont un air surnaturel, créant une
atmosphère au-delà du temps. C’est une atmosphère de quiétude pensive, presque sombre, qui
règne dans les « toiles noires », comme l’appelle l’artiste lui-même.
Ici, on peut apprécier la précision orientale de l’artiste, que l’on retrouve également dans ses
graphiques.

 

 

En discutant des raisons de ce changement, Ismailov note que le fait d’abandonner des détails
complexes ainsi qu’une profusion de couleurs, lui permet de se concentrer sur ce qui est le
plus important, de représenter ses images de la manière la plus laconique et la plus expressive.
Et en effet, dans sa dernière exposition, Narratives (Tachkent, 2018), l’artiste s’appuie sur son
interprétation personnelle des sujets séculaires auxquels l’humanité réfléchit depuis des
siècles.
Réinterprétant des thèmes bibliques, des paraboles soufies, des mythes anciens ou des études
sur des sujets archétypaux tels que la mère et l’enfant, la vie et la mort, l’amour et la foi à
travers le prisme de la perception de l’artiste du XXIe siècle, Ismailov confronte le spectateur
avec des images audacieuses, parfois même surprenantes.
Dans son utilisation audacieuse d’allégorie, d’ironie et d’association personnelle, nous voyons
Ismailov s’efforcer d’obtenir une interprétation personnelle de ses sujets.
Et le résultat est dramatique.

 

Art vidéo

Ismailov a participé au projet d’art moderne international « Signs of the Times », ainsi qu’à
Litzo, à Berlin, Paris et Madrid.
Cette interaction avec le film est évidente dans un nouveau dispositif stylistique pour ses
toiles.
Dans des pièces récentes, il introduit une nouvelle technique, imitant des images
radiographiques avec un effet saisissant. Cette approche est totalement nouvelle dans le
travail d’Ismailov, ce qui lui confère une certaine franchise qui ouvre encore plus l’image.
Les œuvres de Bobur Ismailov se trouvent à la Galerie des arts visuels d’Ouzbékistan, à
l’Auberge Ravoux – La Maison Van Gogh à Auvers-sur-Oise (France), à la Galerie d’art
Moderne d’Azerbaïdjan et à la Fondation Mardjani (Moscou, Russie) ainsi que dans des
collections privées à travers le monde.