Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, first array member is not a valid class name or object in /home/maisonh/www/wp-includes/class-wp-hook.php on line 307

Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, first array member is not a valid class name or object in /home/maisonh/www/wp-includes/class-wp-hook.php on line 307
Date
27 août 2019

Quoi de plus fascinant qu’une peinture minuscule et vibrante qui capture de manière exquise
toute l’éthique de l’Orient ? Les miniatures ne sont que ça. Et qui mieux pourrait représenter
ce genre par excellence en Asie centrale que Davron Toshev, un artiste de Boukhara qui a
acquis une renommée internationale ?

Biographie

Toshev a commencé à peindre à l’âge de cinq ans. Adolescent, il a été apprenti chez son
oncle, le sculpteur Hamro Zoyirov, mais c’est toujours la peinture qui l’a inspiré.
En 1990, sa passion le mène dans un studio à Tachkent où il rencontre l’artiste qui va changer
sa vie : Khurshid Nazirov.
Nazirov a présenté le jeune Toshev au monde des miniatures et, bien qu’il ait poursuivi ses
études auprès de plusieurs spécialistes réputés, notamment le brillant miniaturiste
Shomakhmud Shomukhamedov, Toshev considère Nazirov comme son principal maître.
À l’instar de ses collègues médiévaux avant lui, Davron a commencé à copier des œuvres de
maîtres célèbres. Il était particulièrement attiré par l’œuvre de Kamal ud-Din Behzad (1450-
1535), qui utilise symboliquement la couleur et la géométrie. Penché sur ses pinceaux, Toshev
se plongea dans le monde de la beauté et de l’harmonie des maîtres anciens.
Il se familiarise avec la philosophie sous-jacente, aux illustrations avec une approche
artistique, et apprit à percer leurs mystérieuses paraboles et symboles.
Mais le véritable tournant fut pour lui en 2010 lorsqu’il vit pour la première fois des
miniatures originales des maîtres de Boukhara, Makhmud Muzahhib, Adbulla et d’autres.
L’incroyable détail et le raffinement de leur travail l’ont tellement touché qu’il s’est engagé à
faire revivre les traditions oubliées de leur école.
Ainsi, utilisant les métaphores visuelles traditionnelles développées au cours des siècles, et les
techniques de composition à plat, typiques de l’école médiévale de Boukhara, Toshev a
renoncé à la taille et à la perspective.
Il s’appuie sur de simples procédés artistiques tels que des lignes habiles mais gracieuses, et
de riches combinaisons de couleurs rehaussées d’or, pour créer des miniatures incroyables qui
peuvent prendre des mois, voire des années, à compléter. Toshev utilise même une loupe
spéciale pour ce travail incroyablement détaillé.

Les thèmes

À l’instar des maîtres médiévaux avant lui, Davron s’inspire de la poésie et de la littérature
orientales, en particulier des thèmes intemporels, et des personnages vivants des œuvres
célèbres du grand Alisher Navoi. Les images de Toshev racontent des histoires d’amour, de la
musique et de la danse, de la poésie, de la philosophie et de l’harmonie que nous pouvons
trouver dans la nature.

 

 

« La littérature ouzbek est une source d’inspiration infinie et inépuisable pour le monde dans
lequel je vis et qui vit en moi », dit-il. « J’essaie de transmettre visuellement les vers immortels
de sagesse, d’amour et d’histoire. »

 

Un point de vue moderne

 

Mais Davron Toshev n’est certainement pas coincé dans le passé. En introduisant subtilement
de nouveaux motifs décoratifs, des détails de composition ou des matériaux artistiques tels
que la gouache moderne ou le tempura, il apporte une présence contemporaine unique et un
talent nouveau à cette tradition ancienne. Grâce à la finesse de ses coups de pinceau, à son
dessin minutieux, à ses motifs ornementaux exécutés avec amour, à son goût irréprochable et
à son sens de l’harmonie, les œuvres de Davron sont facilement identifiables et appréciées par
les connaisseurs d’art du monde entier. Ses peintures ont été exposées à Paris, Marseille,
Genève, Moscou, Saint-Pétersbourg et dans d’autres grandes villes. Elles sont très recherchées par les collectionneurs et les musées en Russie, en France, au Royaume-Uni, en Turquie et
aux Émirats Arabes Unis.

 

 

Les peintures miniaturistes connaissent un retour en force en Ouzbékistan depuis les années
1970 et se développent comme une forme d’art dynamique et polyvalente. Sortant des pages
de l’ancien manuscrit, ces fabuleux petits tableaux revendiquent maintenant un nouveau
terrain, ajoutant leur charme et leur beauté distinctifs à toute une gamme d’articles, allant de la
maroquinerie aux gourdes.

 

La plus grande image : contexte historique

L’art des miniatures remonte au Moyen-Âge, lorsque les minuscules peintures ont été utilisées
pour la première fois dans des codex en Arabie, en Turquie, en Iran et en Asie centrale.
À l’aide d’un pinceau fabriqué à partir d’un seul cheveu, les artistes médiévaux illustrent les
œuvres de grands poètes et philosophes avec des images incroyablement détaillées qui
capturent l’esprit du jour. Les lignes délicates et fluides et la beauté enchanteresse de ces
dessins, sont parfaites pour transmettre l’amour, le rire et l’harmonie naturelle, des thèmes
aussi pertinents aujourd’hui qu’ils l’étaient il y a plusieurs siècles.
Mais après avoir prospéré du XVe au XVIIe siècle en Iran, en Asie centrale, en Inde et en
Turquie, sous le patronage de grands souverains tels que Timur et Ulugh Beg, cet art s’est
progressivement estompé. Les codex ont été remplacés par des livres imprimés, et le
merveilleux secret des enluminures a accumulé de la poussière sur les pages de manuscrits
anciens.

 

 

Le siècle dernier a suscité un regain d’intérêt pour cette tradition perdue, et de jeunes artistes
talentueux comme Davron Toshev ont commencé à s’investir dans les mystères d’un art
ancien qui s’épanouissait jadis en Ouzbékistan.

 

Pour Davron Toshev, la renaissance de cette école ne consiste pas simplement à appliquer des
techniques externes traditionnelles, des stylistiques, des codes de décoration ou des thèmes.
Pour Davron, la tâche la plus importante est de préserver les secrets du grand art, et de les
transmettre à la génération suivante, avec cette beauté énigmatique, au public, à Boukhara et
aux quatre coins du monde.
En effet, la sophistication de ces images ne cesse jamais d’étonner et d’émerveiller le public
moderne.